Mettre les humains au coeur du fonctionnement des entreprises: Finalement, ce n’est pas un concept creux
4.4 (88%) 5 vote[s]

Présentée de façon un peu brute, l’idée de remettre l’humain « au coeur » peut ressembler à ces phrases « tarte à la crème » que l’on retrouve illustrées avec des belles photos zen sur les réseaux sociaux. Une belle intention mais pas vraiment incarnée.

Le salon Progiciels, qui s’est déroulé ce jeudi 10 octobre à Annecy avait pour thème «L’entreprise humaine au coeur du numérique », un sujet abordé sous des angles différents au cours des conférences et tables rondes de la journée.

Présentée de façon un peu brute, l’idée de remettre l’humain « au coeur » peut ressembler à ces phrases « tarte à la crème » que l’on retrouve illustrées avec des belles photos zen sur les réseaux sociaux. Une belle intention mais pas vraiment incarnée.

Tout l’intérêt de cette journée de conférences, a été de nous montrer, en abordant différents aspects de la vie de l’entreprise, comment ce concept peut prendre vie lorsque les dirigeants qui les mettent en oeuvre sont sincères et porteurs de valeurs.

Voici les bonnes nouvelles que les intervenants nous ont apportées, au fil de la journée.

Bonne nouvelle 1: Si les entreprises ne mettent pas leurs salariés au coeur de leur management, elles ne pourront pas poursuivre leur développement .

Olivier BAS, vice-président d’Havas Paris, nous bouscule par son approche: nous ne pouvons pas vivre dans l’entreprise aujourd’hui comme au siècle dernier. Le numérique, nous dit-il, vient modifier l’engagement des salariés, les modes de management, afin de mobiliser tout notre potentiel créatif. Les entreprises en tirent profit, mais les humains en sont les premiers bénéficiaires: ils explorent de nouveaux potentiels, réinventent la vie collective. Entre les lignes, Olivier BAS nous explique que les entreprises sont contraintes de nous donner davantage de libertés si elles veulent se développer…

Durant la conférence d’Olivier BAS, Salon Progiciels 2019

Bonne nouvelle 2: l’intelligence Artificielle peut renforcer notre humanité !

Au cours de sa conférence sur l’Intelligence Artificielle, Astrid STUCKELBERGER, nous a apporté de bonnes raisons d’espérer. Au delà des peurs qu’elle suscite, et des risques objectifs qu’elle fait peser sur notre libre arbitre, l’Intelligence Artificielle vient elle aussi tester notre adaptation. Elle nous offre la possibilité de transformer notre expérience humaine, d’améliorer les conditions de travail, ainsi que la qualité de vie dans la vieillesse…

Mais surtout l’Intelligence Artificielle  nous contraint à nous reposer des questions éthiques. Occasion de débat, elle nous met dans l’obligation de nous positionner. Quelle humanité voulons nous ?  Quelle part de notre intimité souhaitons nous garder ?… Sans trancher la question, elle nous laisse à penser que nous grandirons de cette expérience. 

Bonne nouvelle 3:  le digital peut vraiment être au service de l’humain

Lors de la table ronde « de l’humain au digital, sans perdre l’humain », Cedric PERRES, Julien DE FEYDEAU et Fabien DELOCHE, nous en ont fait la démonstration. Les outils numériques peuvent être mis au service de la réalisation de projets collectifs. Alors que l’on a tendance, souvent, à imposer des outils qui viennent fortement contraindre l’organisation des équipes, l’expérience menée par la société SAMES KREMLIN nous montre qu’en mettant la priorité à l’humain, le numérique devient un véritable levier de développement. Des séminaires ont au préalable permis d’identifier les enjeux.  Ils ont permis également la prise en compte de la réalité de l’entreprise, des habitudes de chacun, des animosités entre certains collègues… C’est une envie collective de se transformer qui a enclenché la mobilisation d’outils numériques. Résultat: une transformation rapide des pratiques de l’entreprise. Entrer dans la transformation par l’humain et non pas par l’outil: Démonstration réussie.

Bonne nouvelle 4: La résilience collective peut nous aider à faire face aux situations difficiles

Lorsqu’on parle de numérisation, nous sommes souvent aussi confronté à la part plus sombre de notre humanité. Les entreprises sont ainsi souvent sujettes à des « cyber-attaques », qui peuvent dans les cas extrêmes, les mettre en grand danger.  Nous sommes habitués à recevoir des informations alarmistes et anxiogènes à ce sujet. Mais au delà de la peur, nous nous sentons impuissant. Alors, sommes-nous si fragile face à ces dangers ?

Une table ronde sur la cyber criminalité nous a également montré une voie profondément humaine: si les réponses aux cyber-attaques ont un volet technologique important, c’est là encore en misant sur l’humain que les réponses les plus pertinentes sont apportées. Non pas en misant sur la contrainte, l’encadrement et les usines à gaz, mais en prenant en compte la singularité de chacun. En partant du témoignage d’une dirigeante victime d’un hackeur il y a 3 ans, un assureur et un technicien informatique nous l’ont démontré collectivement, en partageant les risques et en misant sur chacun, les entreprises sont plus solides !

Et alors, tout va bien dans le meilleur des mondes ?

Pourtant, mettre l’humain au coeur de la transformation numérique, dépasse les enjeux de productivité…

Au-delà de tous ces témoignages, il reste une question: jusqu’à quel moment la recherche permanente de la performance reste-elle compatible avec le bien-être des salariés et des dirigeants ? 

L’amélioration de la productivité est un enjeu pour la pérennisation des entreprises et de l’emploi. Certes. Mais si ces tables rondes et conférences ont pu nous convaincre qu’il est possible de maintenir, voir de renforcer la primauté de l’humain dans le développement technologique, il reste une question à laquelle le numérique ne sait pas répondre. Et l’Intelligence Artificielle encore moins:  faut-il poser une limite à la recherche de profit, de productivité ? Finalement, jusqu’où la recherche de la performance reste-elle humaine ?

Nous aurons l’occasion d’aborder cette question dans les prochaines semaines.  A suivre sur on-est-bien.fr

Jean Marc Cottet

Pour aller plus loin

Olivier BAS   http://olivierbas.fr

Astrid STUCKELBERGER  https://www.astridstuckelberger.com

SAMES KREMLIN  https://www.sames-kremlin.com/france/fr/

Cédric PERRES  https://www.linkedin.com/in/cédric-perres-4411a74/

Julien DE FEYDEAUX  https://www.linkedin.com/in/julien-de-feydeau-992b7046/

Fabien DELOCHE  http://www.coach-conseil.com

Le salon Progiciel: https://salon-progiciels.com

Thésame:   www.thesame-innovation.com

Chaque année, depuis 24 ans, Thésame organise en octobre  le Salon PROGICIELs , le  grand rendez-vous des acteurs de la performance globale pour l’industrie. 

A coté des exposants qui présentent les dernières innovations, l’équipe de Thésame organise à chaque édition plusieurs conférences thématique qui, toujours, inscrivent la technologie dans une perspective humaine.  

Soyez vigilants, ne ratez pas l’édition 2020.

 

Un article de Jean Marc Cottet

L’essentiel du développement personnel et du bien-être sur le grand Annecy, l’Arve, le Genevois et le Chablais à portée de main à chaque moment.

 

L’agenda des conférences et des formations,

 

Des nouvelles et chaque semaine un éclairage grâce à nos articles de fond,


Un salon numérique, pour découvir l’offre variée des professionnels du développement personnel et du bien-être sur notre région

Sur On-est-bien.fr, tout pour être bien dans sa vie et dans son travail

On-est-bien.fr est édité par la SARL
La Fabrique des Embellies

21 avenue des hirondelles 74000 Annecy

Vous souhaitez publier une chronique, communiquer sur l’agenda, exposer dans le salon numérique ou encore  communiquer sur le site ?

Contacter nous

au 06 87 12 61 61 

Partagez ce contenu !